Découvrir la SSR avec «Metro»

Avec «Metro», découvrez au fil des stations toutes les informations bonnes à savoir sur la Société suisse de radiodiffusion et télévision SRG SSR. Apprenez pourquoi la SSR n'est pas un établissement de droit public alors qu'elle assure une mission de service public. Faites connaissance avec l'organisation unique de la SSR et renseignez-vous sur ses objectifs d'avenir. «Metro» est une plate-forme d'informations tant pour les collaborateurs pressés que pour ceux qui souhaitent tout savoir de la SSR. «Metro» s'adresse en priorité aux nouveaux collaborateurs de la SSR, mais peut également surprendre les collaborateurs les plus chevronnées en leur faisant découvrir quelques détails méconnus. Naturellement, les personnes qui ne sont pas des collaborateurs de la SSR sont elles aussi invitées à mieux connaître l'entreprise grâce à «Metro». La première station de chaque ligne fournit des informations succinctes sur les faits majeurs. La deuxième station approfondit le sujet. La troisième livre des informations détaillées. Et la quatrième donne accès aux unités d'entreprise Radiotelevisione svizzera (RSI), Radiotelevisiun Svizra Rumantscha (RTR), Radio Télévision Suisse (RTS), Schweizer Radio und Fernsehen (SRF) et Swissinfo (SWI).

La SSR – une composante de la diversité médiatique suisse

Ce qui se passe sur la place médiatique suisse est l'affaire de tous, car la démocratie ne saurait fonctionner correctement sans une offre médiatique diversifiée et indépendante.

Pour autant, constituer et conserver un large éventail de médias n'est pas chose aisée. C'est ainsi qu'en Suisse – outre la SSR – 21 radios et 13 télévisions privées sont soutenues par les recettes de la redevance, à hauteur d'environ 67,5 millions de francs (2016). Les journaux sont, quant à eux, subventionnés indirectement par des fonds publics, puisqu'ils bénéficient p. ex. de tarifs préférentiels pour les distributions postales.

Concurrencés par les sources d'information gratuites d'Internet, les journaux subissent aujourd'hui une pression grandissante et le nombre de titres est en diminution depuis plusieurs années.

Dans ce contexte tendu, la SSR doit veiller avec circonspection – y compris dans son propre intérêt – à ce que la diversité médiatique soit préservée en Suisse dans les temps à venir.