Découvrir la SSR avec «Metro»

Avec «Metro», découvrez au fil des stations toutes les informations bonnes à savoir sur la Société suisse de radiodiffusion et télévision SRG SSR. Apprenez pourquoi la SSR n'est pas un établissement de droit public alors qu'elle assure une mission de service public. Faites connaissance avec l'organisation unique de la SSR et renseignez-vous sur ses objectifs d'avenir. «Metro» est une plate-forme d'informations tant pour les collaborateurs pressés que pour ceux qui souhaitent tout savoir de la SSR. «Metro» s'adresse en priorité aux nouveaux collaborateurs de la SSR, mais peut également surprendre les collaborateurs les plus chevronnées en leur faisant découvrir quelques détails méconnus. Naturellement, les personnes qui ne sont pas des collaborateurs de la SSR sont elles aussi invitées à mieux connaître l'entreprise grâce à «Metro». La première station de chaque ligne fournit des informations succinctes sur les faits majeurs. La deuxième station approfondit le sujet. La troisième livre des informations détaillées. Et la quatrième donne accès aux unités d'entreprise Radiotelevisione svizzera (RSI), Radiotelevisiun Svizra Rumantscha (RTR), Radio Télévision Suisse (RTS), Schweizer Radio und Fernsehen (SRF) et Swissinfo (SWI).

La SSR – au service de la société

La SSR est parfois qualifiée à tort d'entreprise d'Etat. En réalité, la SSR est une association privée régie par le droit des sociétés anonymes, qui gère une entreprise de médias. En vertu de la loi fédérale sur la radio et la télévision (LRTV) et de la Concession, la SSR est tenue de remplir un mandat particulier au service de la société. Ce mandat est placé sous le signe du service public. Dans le secteur des médias, la notion de service public – telle qu'elle s'entend en Suisse – repose sur les objectifs suivants: atteindre l'ensemble de la population dans toutes les régions linguistiques, refléter la diversité des opinions et des cultures, rester indépendant par rapport aux intérêts politiques et économiques. En contrepartie, la SSR finance l'exécution de son mandat grâce à la redevance.

Les activités, l'organisation et le financement de la SSR sont pour l'essentiel prescrits par la Confédération et surveillés par l'Office fédéral de la communication (Ofcom). Dans le cadre fixé par la Constitution, la loi et la Concession, la SSR reste toutefois indépendante: personne n'est autorisé à s'immiscer dans son activité éditoriale.