Découvrir la SSR avec «Metro»

Avec «Metro», découvrez au fil des stations toutes les informations bonnes à savoir sur la Société suisse de radiodiffusion et télévision SRG SSR. Apprenez pourquoi la SSR n'est pas un établissement de droit public alors qu'elle assure une mission de service public. Faites connaissance avec l'organisation unique de la SSR et renseignez-vous sur ses objectifs d'avenir. «Metro» est une plate-forme d'informations tant pour les collaborateurs pressés que pour ceux qui souhaitent tout savoir de la SSR. «Metro» s'adresse en priorité aux nouveaux collaborateurs de la SSR, mais peut également surprendre les collaborateurs les plus chevronnées en leur faisant découvrir quelques détails méconnus. Naturellement, les personnes qui ne sont pas des collaborateurs de la SSR sont elles aussi invitées à mieux connaître l'entreprise grâce à «Metro». La première station de chaque ligne fournit des informations succinctes sur les faits majeurs. La deuxième station approfondit le sujet. La troisième livre des informations détaillées. Et la quatrième donne accès aux unités d'entreprise Radiotelevisione svizzera (RSI), Radiotelevisiun Svizra Rumantscha (RTR), Radio Télévision Suisse (RTS), Schweizer Radio und Fernsehen (SRF) et Swissinfo (SWI).

La SSR et son organisation particulière

Lorsqu'on dit «la SSR», on parle généralement de l'entreprise de médias SSR. Pourtant, le sigle SRG SSR désigne deux structures bien distinctes, mais intimement liées: d'une part l'entreprise de médias et d'autre part l'Association. L'Association SSR gère l'entreprise SSR et se fonde pour cela sur les principes du droit des sociétés anonymes. C'est pourquoi la SSR possède des organes qui rappellent la structure des sociétés anonymes, comme le Conseil d'administration et l'Assemblée des délégués. L'Association ne peut pas décider librement de ce que l'entreprise peut faire ou non. Elle est tenue de fournir les services journalistiques définis par la loi – sous forme de programmes de radio, de programmes de télévision et d'offres en ligne – et de respecter en cela le mandat public spécifié par la loi et la Concession (lire aussi «Mandat et droit»).

Il existe des radiodiffuseurs de service public dans beaucoup de pays à travers le monde. Ils ont tous en commun l'idée de service public (lire aussi «Mandat et droit»), mais se différencient fondamentalement par leur forme juridique. La Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) présente une structure spéciale et unique en son genre:

Association

  • La SSR n'est pas un établissement de droit public, mais une association régie par les principes du droit des sociétés anonymes.
  • Elle constitue le fondement institutionnel de l'entreprise.
  • Elle se compose de quatre sociétés régionales: SRG Deutschschweiz, Société de radiodiffusion et de télévision de la Suisse romande, Società cooperativa per la Radiotelevisione svizzera di lingua italiana (Corsi), SRG SSR Svizra Rumantscha.
  • Elle veille à l'exécution du mandat de prestations spécifié par la loi et par la Concession.

En tant qu'association, la SSR est ancrée dans la société civile. En d'autres termes: elle est portée par quelque 23 700 membres.

Entreprise

L'entreprise compte cinq unités d'entreprise – RSI, RTR, RTS, SRF et SWI – et quatre filiales – Technology and Production Center Switzerland AG (TPC), SWISS TXT SA, Telvetia SA et Mxlab SA. Avec 5983 collaborateurs occupant 4946 emplois à temps plein, un chiffre d'affaires annuel d'environ 1,6 milliard de francs, 17 stations de radio et 7 chaînes de télévision ainsi que des offres en ligne complémentaires, la SSR est la plus grande entreprise de médias électroniques en Suisse. Ne poursuivant aucun but lucratif, elle est financée à près de 75 % par la redevance et 25 % par ses activités commerciales.