Découvrir la SSR avec «Metro»

Avec «Metro», découvrez au fil des stations toutes les informations bonnes à savoir sur la Société suisse de radiodiffusion et télévision SRG SSR. Apprenez pourquoi la SSR n'est pas un établissement de droit public alors qu'elle assure une mission de service public. Faites connaissance avec l'organisation unique de la SSR et renseignez-vous sur ses objectifs d'avenir. «Metro» est une plate-forme d'informations tant pour les collaborateurs pressés que pour ceux qui souhaitent tout savoir de la SSR. «Metro» s'adresse en priorité aux nouveaux collaborateurs de la SSR, mais peut également surprendre les collaborateurs les plus chevronnées en leur faisant découvrir quelques détails méconnus. Naturellement, les personnes qui ne sont pas des collaborateurs de la SSR sont elles aussi invitées à mieux connaître l'entreprise grâce à «Metro». La première station de chaque ligne fournit des informations succinctes sur les faits majeurs. La deuxième station approfondit le sujet. La troisième livre des informations détaillées. Et la quatrième donne accès aux unités d'entreprise Radiotelevisione svizzera (RSI), Radiotelevisiun Svizra Rumantscha (RTR), Radio Télévision Suisse (RTS), Schweizer Radio und Fernsehen (SRF) et Swissinfo (SWI).

Professionnalisme et qualité

Ce qui est bien, c'est ce qui plaît au public? Oui, mais pas seulement

La SSR doit satisfaire à des exigences qualitatives et éthiques élevées et recourir à différents instruments de contrôle pour garantir la qualité de ses programmes.

On évoque régulièrement la notion de qualité et son importance majeure. Mais que recouvre précisément cette notion dans le domaine des produits éditoriaux de la SSR? A cette question, la Concession répond en définissant quatre critères fondamentaux en relation avec la qualité:

  • Sens des responsabilités – Quelle signification pour la SSR?
    Une information responsable implique que les professionnels des médias connaissent leur mission et savent combien elle est essentielle au bon fonctionnement de la démocratie. Ils sont au fait des principes juridiques et des règles fondamentales de l'éthique et ils les respectent. Avant de prendre des décisions importantes, ils étudient les différentes possibilités, même quand le temps presse.

  • Crédibilité – Quelle signification pour la SSR?
    La SSR est crédible lorsque ses produits éditoriaux sont jugés valables par une forte majorité constituée d'avis divers. Une information crédible présente toujours un conflit avec des arguments pour et contre, contribue à la libre formation de l'opinion et ne sert aucun intérêt caché. La SSR gagne en crédibilité dès lors qu'elle évite toute erreur dans son information. Si elle ne peut l'empêcher, elle communique officiellement sur son erreur et la rectifie le cas échéant. 

  • Pertinence – Quelle signification pour la SSR?
    La pertinence s'appuie sur la volonté de servir l'intérêt général et non les intérêts personnels, la société et non l'individu et le particulier. Une information pertinente repose également sur l'actualité du sujet et sur son impact politique, économique, culturel et social. La proximité géographique ou culturelle avec le quotidien du public peut également créer de la pertinence.

  • Professionnalisme journalistique – Quelle signification pour la SSR?
    En journalisme, le professionnalisme réside dans la fidélité de l'information. En d'autres termes: le journaliste considère l'ensemble des faits et des points de vue dont il dispose et il en rend compte en veillant à être juste et équitable, afin que le public puisse former sa propre opinion. Les professionnels des médias connaissent les limites légales, respectent les règles éthiques de leur profession et maîtrisent leur art. La clé du professionnalisme journalistique réside dans la formation de base et la formation continue.

La SSR satisfait à toutes ces exigences en établissant ses propres normes de qualité régissant le contenu et la forme de ses programmes («Standards minimaux applicables à la gestion de la qualité des programmes»). Les collaborateurs de la SSR peuvent également se référer à des lignes directrices internes et externes (lire les documents présentés à la station suivante).

Enfin, la Concession précise que la SSR ne doit pas mesurer son acceptation en premier lieu d'après les parts de marché.

En résumé, qu'est-ce que la SSR entend par «qualité des programmes»? Pour la SSR, la qualité des programmes a trois dimensions:

  1. Mandat au service de la collectivité:
    Dans quelle mesure la SSR assure-t-elle la mission spécifiée par la Concession? La réponse à cette question est fournie par les statistiques de programme établies en interne, par les résultats des conseils du public et par les analyses de programme commandées par l'Ofcom.

  2. Objectifs fixés en interne:
    Dans quelle mesure la SSR satisfait-elle à ses propres exigences (lignes directrices, critères de formation, etc.)?
    Dans quelle mesure parvient-elle à atteindre les objectifs de sa stratégie d'entreprise et de ses stratégies sectorielles? Les statistiques et les rapports internes de la SSR fournissent des éléments de réponse à ces deux questions.

  3. Acceptation auprès du public:
    Les programmes de la SSR bénéficient-ils d'une large acceptation auprès du public? La réponse à cette question est fournie par les taux d'audience et par des enquêtes régulières.

Pour autant, plaire au public est un gage de qualité certes nécessaire, mais pas suffisant. Car la SSR, en tant qu'entreprise chargée d'un mandat public, a vocation à atteindre un public aussi vaste que possible grâce à une offre diversifiée. De fait, elle ne doit pas mesurer son acceptation en premier lieu d'après les parts de marché.